COCNet MISES AU POINT                   COCNet Les pages professionnelles     COCNet les pages professionnelles                 Pensez à imprimer cette page, afin de la lire ou la relire plus aisément. Avec Netscape, vous pouvez cliquer sur cette icone. Si vous utilisez un autre navigateur, utilisez sa commande d'impression.

RETOURCHOROIDITE SERPIGINEUSE (ou choroïdite géographique hélicoïdale péripapillaire)

FICHE COCNet

Affection choroïdienne (moitié interne de la choroïde), de l'épithélium pigmentaire puis de la rétine, de nature ischémique d'origine immunitaire.

Terrain. Adulte d'âge moyen. Pas de sexe prédominant. Pas de signes généraux associés.

Clinique.
Signes fonctionnels. Baisse d’acuité visuelle de début brutal, unilatérale le plus souvent.
Examen biomicroscopique. Sans particularité.
Pression intra-oculaire. Normale.
Aspect rétinien. Réaction vitréenne modérée, lésion à point de départ péripapillaire, évoluant vers un décollement gris blanchâtre de l'épithélium pigmentaire de la région maculaire, bien limité (géographique). Rare décollement séreux associé. Rechercher sur l'autre œil des cicatrices choriorétiniennes péripapillaires.

Paraclinique. L’angiographie révéle des cicatrices sous la forme d'une hyperfluorescence inhomogène tardive; foyers actifs hypo puis hyperfluorescents hétérogènes. Rechercher un liseré hyperfluorescent en périphérie des cicatrices, signe de récidive.

Evolution. Cicatrisation spontanée en six semaines, sous la forme d'une cicatrice atrophique. Récidives insidieuses fréquentes. Suivi prolongé afin de rechercher une néovascularisation choroïdienne (25% des cas).

Traitement. Corticoïdes en bollus (1g/jour IV pendant trois jours avec relais per os. Dans les formes sévères, cyclophosphamide et échanges plasmatiques.

Diagnostic différentiel. Epithéliopathie en plaques.

Quentin Lévêque                     MAJ 01/2002


RETOUR

© MediaMed - 2415.1 page remise à jour 09 01 02