Pensez à imprimer cette page, afin de la lire ou la relire plus aisément. Avec Netscape, vous pouvez cliquer sur cette icone. Si vous utilisez un autre navigateur, utilisez sa commande d'impression.[COCNet] COCNet  Informations

Les YEUX de l' ENFANT

Ce que nous pouvons observer concernant les yeux du nourrisson reste en partie valable chez l’enfant. Cependant trois problèmes méritent des précisions, d’abord les troubles de la vue ou troubles de la réfraction, puis le strabisme et les accidents dont on connaît la fréquence dans cette tranche d’âge.

Les troubles de la réfraction de l'enfant

Ce sont la myopie, l'hypermétropie et l'astigmatisme nécessitant en général la prescription de lunettes. Ils deviennent évidents quand les besoins visuels de l'enfant se précisent avec la multiplication des activités, notamment à l'école où ils sont en partie dépistés par les enseignants et les contrôles scolaires.

Ces déficiences de l’œil correspondent à un mauvais réglage optique, à un simple problème de mise au point.

En effet un objet fixé par un oeil normal, donne une image qui se projette sur la rétine, de la même façon qu'un appareil photo bien réglé la reçoit sur la pellicule, l’image peut alors être perçue correctement, si elle est située en avant ou en arrière de ce plan elle n’est pas nette, c'est un trouble de la réfraction.

LA MYOPIE

* L’image se forme en avant de la rétine, comme si l’œil était trop grand, ceci explique l'augmentation de la myopie pendant la croissance .

* Le myope a une perception trouble des objets situés au loin, par contre sa vision de près est excellente.

* La myopie apparaît le plus souvent vers 10, 13 ans, si elle débute avant, elle risque de devenir importante.

* Son dépistage n’est pas toujours précoce ni évident, sauf si elle attendue, un des parents étant déjà myope.

* On la suspecte si l'enfant a de grands yeux ou un comportement spécial, il a tendance à cligner et à s'approcher des objets pour mieux les discerner.

* Il faut savoir que l'ophtalmologiste a la possibilité de découvrir facilement une myopie chez un enfant n'ayant pas encore l'usage de la parole!

* Plus tard les examens systématiques des médecins de famille, de PMI, ou les contrôles scolaires, sont efficaces pour ce dépistage.

* Le degré de myopie augmente régulièrement pendant la période de la croissance tant que l’œil grandit, aussi l’enfant myope doit être examiné une fois par an, et parfois d’avantage si une diminution de la vision est remarquée dans l'intervalle.

* La myopie habituelle se stabilise avec la fin de la croissance, cependant il existe une forme plus rare de myopie qui continue à évoluer chez l’adulte, elle n’est plus un trouble de la réfraction mais une véritable maladie oculaire dégénérative nécessitant une surveillance tout au long de la vie.

* Pour corriger la myopie, et percevoir un objet avec netteté, l’image doit être ramenée au niveau de la rétine, plusieurs solutions sont possibles. C'est d'abord la prescription de lunettes à verres concaves, ou de lentilles cornéennes, la chirurgie réfractive étant réservée à l’adulte.

* Les chiffres notés sur l'ordonnance pour permettre la réalisation des lunettes donnent la puissance des verres mais ne précisent pas l'acuité visuelle de l'enfant.

* Les lunettes sont réalisées avec des verres organiques incassables et une monture atraumatique.

* Le fait de porter des lunettes ou des lentilles n’influence en rien l’évolution de la myopie, qui peut se poursuivre jusqu'à la fin de la période de la croissance de l'enfant.

* L’enfant doit porter ses lunettes en fonction de son degré de myopie.

* S’il est très myope il les mettra en permanence pour ne pas se priver d’une source d’information importante.

* Si la myopie est débutante ou peu marquée, en principe il ne les portera que pour voir loin, le tableau à l’école, la télévision, s’il assiste à un spectacle lointain, et aussi en voiture afin de s’habituer au trafic routier. De toutes façons il devra suivre les conseils de l’ophtalmologiste, qui peut modifier ces indications.

* Si la vision le permet, elles ne seront pas portées à la récréation ni lors de jeux pouvant être brutaux.

* De même au cours d’une activité sportive, il ne portera ses lunettes que si elles sont indispensables.

* Le port des lentilles cornéennes est parfois conseillé par l'ophtalmologiste chez l’enfant si la myopie est très élevée, ou s'il existe une différence de puissance importante entre les deux yeux.

* L'enfant myope doit être informé que les lunettes ne sont pas inéluctables, qu’il existe pour lui d’autres possibilités de correction, les lentilles cornéennes, mais aussi plus tard s'il le désire, la chirurgie réfractive. Tout doit être fait afin que cette situation soit bien vécue en évitant la question "pourquoi moi et pas les autres ? "

* L’œil myope est particulièrement fragile. A la suite d'un choc direct ou parfois à distance sur le crâne ou la face, la rétine peut se décoller. Aussi il est prudent après un traumatisme important, même si rien ne parait, de faire examiner l’enfant par un ophtalmologiste, il peut exister des lésions susceptibles de favoriser un décollement de rétine si elles ne pas sont traitées par laser.

* Il parait alors inutile d'insister sur le danger des gifles.

* Avant de décider la pratique de certains sports de combat ou jugés violents, il est nécessaire de demander l’avis d’un ophtalmologiste.

* L'avenir professionnel de l'enfant peut être modifié par l’apparition d’une myopie, surtout en ce qui concerne les professions de sécurité comme celle de pilote de ligne. Il n'est pas rare qu'un enfant quitte un cabinet d'ophtalmologie avec des désillusions du fait d’une réglementations d'aptitude qui peut paraître aujourd’hui excessive pour une petite myopie.

L’HYPERMETROPIE

L’ASTIGMATISME

Les anomalies de la vision des couleurs

RETOURLES YEUX DE VOTRE ENFANT sommairePATAT SIT

MALVOYANCE    Le dossier

   COCNet Agora  

Sur MediaMed

RETOUR


© MediaMed - 63b.3.3 page remise à jour 21 01 02

Maître-toile