Pensez à imprimer cette page, afin de la lire ou la relire plus aisément. Avec Netscape, vous pouvez cliquer sur cette icone. Si vous utilisez un autre navigateur, utilisez sa commande d'impression.[COCNet] COCNet  Informations

Les YEUX de l' ENFANT

Ce que nous pouvons observer concernant les yeux du nourrisson reste en partie valable chez l’enfant. Cependant trois problèmes méritent des précisions, d’abord les troubles de la vue ou troubles de la réfraction, puis le strabisme et les accidents dont on connaît la fréquence dans cette tranche d’âge.

Les troubles de la réfraction de l'enfant

Ce sont la myopie, l'hypermétropie et l'astigmatisme nécessitant en général la prescription de lunettes. Ils deviennent évidents quand les besoins visuels de l'enfant se précisent avec la multiplication des activités, notamment à l'école où ils sont en partie dépistés par les enseignants et les contrôles scolaires.

Ces déficiences de l’œil correspondent à un mauvais réglage optique, à un simple problème de mise au point.

En effet un objet fixé par un oeil normal, donne une image qui se projette sur la rétine, de la même façon qu'un appareil photo bien réglé la reçoit sur la pellicule, l’image peut alors être perçue correctement, si elle est située en avant ou en arrière de ce plan elle n’est pas nette, c'est un trouble de la réfraction.

L’HYPERMETROPIE

* L’image se forme en arrière de la rétine, comme si l’œil était trop petit.

* Contrairement au myope, l’enfant hypermétrope peut avoir une vision nette des objets, mais au prix d’un effort d’accommodation nécessaire pour la mise au point.

* Lors de lecture ou de vision de près prolongée cet effort est important, il provoque fatigue et maux de tête au cours ou en fin de journée scolaire.

* L’effort d’accommodation s’accompagne de façon simultanée d’un mouvement de convergence, aussi l’enfant ou le nourrisson hypermétrope est souvent atteint d’un strabisme convergent, c’est à dire une déviation des yeux en dedans, vers le nez.

* A l’inverse de ce qu’il en est pour la myopie, les examens systématiques des médecins de famille, de PMI, ou les contrôles scolaires sont peu efficaces pour dépister l’hypermétropie car l’enfant a généralement une bonne vision de loin.

* Le dépistage est facilité par la présence d’un strabisme convergent ou par la survenue de maux de tête après une activité visuelle de près.

* Paradoxalement il arrive que l’enfant hypermétrope se plaigne à l’école d’une mauvaise vision de loin, car il fait un tel effort pour voir sur son cahier, qu’il ne peut plus lire au tableau.

* Comme pour la myopie, l'ophtalmologiste peut dépister facilement une hypermétropie chez un enfant n'ayant pas encore l'usage de la parole!

* Corriger l’hypermétropie, c'est supprimer l’effort d’accommodation, par la prescription de lunettes à verres convexes, les lentilles cornéennes mais plus encore la chirurgie réfractive sont réservées à l’adulte.

* Les lunettes sont réalisées avec des verres organiques convexes incassables et une monture atraumatique.

* Cependant le port des lentilles cornéennes est parfois conseillé par l'ophtalmologiste, en particulier si l'enfant est très hypermétrope ou s'il existe une grande différence de puissance entre les deux yeux.

* Le fait de porter des lunettes ou des lentilles n’influence en rien l’évolution de l’hypermétropie, mais supprime ses méfaits.

* L’enfant très hypermétrope doit les mettre en permanence pour avoir une bonne vision et ne pas converger.

* De nombreux enfants ont une hypermétropie minime, aussi ils ne doivent porter leurs lunettes que pour voir de près, en particulier à l'école, lors des travaux scolaires ce qui facilite l’apprentissage et le goût de la lecture, mais aussi devant l’écran de l’ordinateur, du téléviseur, des jeux électroniques, et pour les activités minutieuses telle la couture.

* Bien souvent les petits hypermétropes n’éprouvent pas le besoin de mettre leurs lunettes, les parents et enseignants doivent insister, afin d’améliorer avec le confort visuel, leur rendement scolaire.

* Si la vision de l’enfant le permet, elles ne seront pas portées lors de jeux brutaux, pour la récréation, il est préférable de demander l'avis du médecin.

* Dans la plupart des cas, avec la croissance et les années, les petites hypermétropies régressent et finissent par disparaître, aussi les lunettes sont progressivement diminuées puis supprimées.

* Pour le tout petit, il faudra se conformer à la stratégie de l’ophtalmologiste, dont le but en corrigeant l'hypermétropie, est d'éviter un strabisme même minime qui peut générer une amblyopie, c'est à dire un déficit visuel définitif plus ou moins important de l'oeil dévié.

* Chez l'enfant plus grand, un strabisme imperceptible suffit pour entraver la vision binoculaire, gêner la perception du relief, l'évaluation des distances, avec des incidences au niveau des aptitudes professionnelles.

LA MYOPIE

L’ASTIGMATISME

Les anomalies de la vision des couleurs

RETOURLES YEUX DE VOTRE ENFANT sommairePATAT SIT

MALVOYANCE    Le dossier

   COCNet Agora  

Sur MediaMed

RETOUR


© MediaMed - 2469.1 page remise à jour 21 01 02

Maître-toile