COCNet Informations  COCNet  Malvoyance -
Les adresses utiles

Sommaire
Webmaster - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Compte-rendus - Union Mondiale des Aveugles
Le Cap, 10 décembre 2004

Assemblée Générale de l'Union Mondiale des Aveugles

Centre International de Conférences, Le Cap, le 10 décembre 2004

Discours du Président d'Afrique du Sud, monsieur Thabo Mbeki





Madame Kicki Nordstrom, Présidente sortante de l'Union Mondiale des Aveugles, votre Altesse Royale Princesse du Quatar, Sheika Hessa Al-Thani, Rapporteur Expert des Nations-Unies, Docteur Bengt Lindqvist, ancien Rapporteur Expert des Nations Unies, Monsieur Paul Tézanou, Président de l'Union Africaine des Aveugles, Juge Zak Yacoob, membre du Conseil National des Aveugles et juge auprès de la Cour Constitutionnelle, Docteur William Rowland, nouveau Président de l'Union Mondiale des Aveugles et Directeur du Comité Exécutif du Conseil National des Aveugles, Chers Délégués, Mesdames, Messieurs,

Je voudrais commencer par présenter mes félicitations au Dr William Rowland pour son élection à la tête de l'Union mondiale des Aveugles. Je remercie, par la même occasion, la Présidente sortante de l'Union, Madame Kicki Nordstrom. Je vous remercie, Madame, pour la qualité de votre travail pendant votre mandat à la tête de cette grande institution internationale.

Le Docteur Rowland continuera, nous en sommes convaincus, le travail de cette organisation, lui qui a été, pendant trois décennies, un champion de la cause des non-voyants et un militant permanent en faveur des droits de tous les handicapés en Afrique du Sud. Monsieur le Président, nous vous souhaitons tous, plein succès dans votre nouvelle responsabilité.

Au nom du gouvernement et du peuple d'Afrique du Sud, je remercie chacun d'entre vous d'être venu dans notre belle ville du Cap afin d'assister à la Sixième Assemblée Générale de l'Union Mondiale des Aveugles.

C'est un honneur pour nous que d'avoir eu l'occasion d'accueillir ce grand événement. Nous espérons que les suites de vos travaux permettront de mobiliser davantage encore tous les citoyens du monde pour travailler ensemble afin de créer un monde meilleur pour les personnes non et malvoyantes.

Nous sommes confiants dans la réussite de vos délibérations. Les décisions que vous avez prises pendant ces derniers jours nous guideront tous, aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé, pour nous engager dans des programmes concrets qui nous permettront d'avancer vers notre objectif : mettre un terme à la marginalisation des déficients visuels.

C'est la première fois qu'un pays d'Afrique Noire accueille l'Assemblée Générale de l'Union Mondiale des Aveugles. C'est un événement extrêmement important, car il devrait nous aider, en tant qu'Africains, à accorder plus d'attention aux défis auxquels sont confrontés les non et malvoyants et aux droits qui sont les leurs.

C'est d'autant plus significatif que cette Assemblée coïncide avec la Décennie Africaine des Personnes Handicapées. Elle vient nous rappeler, à nous Africains, notre devoir d'être à la hauteur des objectifs que nous nous sommes fixés lors de la proclamation de cette Décennie Africaine.

À cet égard, et au nom du Gouvernement d'Afrique du Sud, je voudrais renouveler devant votre Assemblée notre engagement total pour la paix et la stabilité de notre continent. Je dis cela ici parce que, personne ne l'ignore, la guerre reste en Afrique une des causes essentielles du handicap.

Il ne suffit donc pas de mettre en place des politiques et des programmes ambitieux pour satisfaire les besoins et les aspirations des non-voyants et des autres personnes handicapées. Nous devons aussi nous en prendre, et avec la même détermination, aux causes des handicaps.

Cette année marque également le dixième anniversaire de la démocratie dans notre pays. Durant cette décennie, l'Afrique du Sud a réalisé de nombreuses avancées pour améliorer la vie de tous. À cet égard, nous devons beaucoup au mouvement des handicapés sud-africains à cause du rôle qu'il ne cesse de jouer dans la lutte pour la justice et l'égalité.

Grâce à cette lutte, notre Constitution a accordé une attention toute particulière aux droits des personnes handicapées. Par ailleurs, le Gouvernement prend quotidiennement des mesures concrètes pour que la vie de toute personne handicapée soit normale et prospère et pour qu'aucun individu de cette importante catégorie de notre société ne soit un objet de pitié et de charité.

C'est parce que nous sommes conscients que l'engagement dans cette importante lutte en faveur des droits des personnes handicapées est le devoir de chacun d'entre nous que nous avons établi un Bureau relatif aux statuts des personnes handicapées. Ce bureau se situe dans les locaux de la Présidence et se trouve sous la responsabilité directe d'un Chef de Cabinet ministériel, le Dr Essop Pahad.

Par ailleurs, nous avons lancé, avec la coopération des organisations de handicapés, une stratégie générale à l'échelle nationale, qui vise les questions prioritaires telles que l'éducation, la formation professionnelle, le travail, le soutien financier, la sécurité sociale et le logement des personnes handicapées.

Grâce à de nombreux textes législatifs et à d'autres formes d'interventions de l'État, nous espérons intégrer les handicapés dans des programmes tels que la stratégie nationale de formation professionnelle et la Stratégie pour l'Intégration Économique des Noirs; qui inclut bien entendu les personnes handicapées.

Les grands employeurs devraient s'inscrire dans des programmes au bénéfice des handicapés notamment, en ce qui concerne l'égalité des offres d'emploi et la formation professionnelle. En 2005, un minimum de 2% des postes de la Fonction Publique devrait être réservé aux personnes handicapées.

À l'occasion du Sommet Présidentiel de 1998 sur le Travail, le Gouvernement s'est engagé à consacrer 5% des dépenses publiques pour la promotion des petites entreprises employant des personnes handicapées.

Le gouvernement s'est aussi engagé à consacrer 5% de ses recettes à des entreprises détenues par des handicapés ou à des entreprises qui comptent un minimum de 5% de handicapés parmi leur personnel.

16 députés de l'Assemblée Nationale d'Afrique du Sud sont des personnes handicapées, 3 d'entre elles sont des malvoyants. Par ailleurs, beaucoup de handicapés ont été nommés à des postes de direction dans plusieurs institutions étatiques comme la Commission pour les Droits de l'Homme, la Commission pour l'Égalité des Sexes, la Commission de la Jeunesse, l'Office National de Radiodiffusion, l'Office National du Tourisme, l'Agence Nationale pour le Développement et bien d'autres.

L'apprentissage du braille a également été l'un de nos principaux champs de bataille. Nous avons développé un code braille pour chacune des onze langues officielles en Afrique du Sud. Nous avons aussi imprimé en braille des livres, des agazines et d'autres matériels scolaires.

La demande en matière de livres braille a spectaculairement augmenté pendant les dix dernières années. Pour nous, il s'agit là d'une preuve de la réussite de notre programme d'apprentissage du braille pour les enfants et pour les adultes naguère désavantagés.

À cet égard, un grand progrès a aussi été enregistré dans d'autres pays du continent africain. Il est, en effet, encourageant de voir se mettre en place des programmes d'impression du braille dans des pays comme le Kenya et le Botswana.

Chers amis, j'ai mentionné tous ses acquis pour vous dire que l'Afrique du Sud s'est engagée dans un processus qui vise à assurer l'égalité et la justice non seulement pour les personnes non ou malvoyantes, mais pour l'ensemble des personnes handicapées. Pour atteindre ces objectifs, ce processus nécessite le soutien de nos amis internationaux comme les membres de l'Union Mondiale des Aveugles.

L'organisation dans notre pays d'un événement aussi important que l'Assemblée Générale de l'Union Mondiale des Aveugles aurait été certainement impossible sans l'engagement exceptionnel des militants non-voyants de ce pays.

Je souhaiterais mentionner en particulier le juge Zak Yacoob, membre du Conseil Sud-Africain des non-voyants, il est aussi juge auprès de la Cour Constitutionnelle. Le juge Yacoob a courageusement milité contre l'apartheid. Le lendemain de notre accès à la liberté, en 1994, il a été désigné comme conseiller auprès de l'Assemblée Constitutionnelle qui a rédigé la nouvelle Constitution démocratique qui fait aujourd'hui notre fierté.
Dans le combat pour les droits des non-voyants, je pense que nous avons besoin de beaucoup d'exemples semblables à celui de Zak Yacoob. Nous avons également besoin de beaucoup d'événements comme celui-ci, rassemblant ces délégations remarquables afin de pouvoir ensemble débarrasser le monde des stéréotypes liés à la cécité. Il est de notre devoir de fournir l'éducation, la formation professionnelle et les ressources nécessaires pour donner à tous les handicapés la possibilité de réaliser leur potentiel et de participer activement au développement de nos pays.

Notre aspiration à promouvoir les droits des non-voyants et de tous les handicapés devrait être un point central dans l'agenda pour le renouveau de l'Afrique. Il est important pour nous de profiter de la création de l'Union Africaine et du lancement de son programme de développement, NEPAD, pour protéger et promouvoir les droits des non-voyants et de tous les handicapés.

Je suis convaincu que votre rassemblement a contribué à renforcer toujours plus l'Union Mondiale des Aveugles et lui a ddonné l'impulsion nécessaire pour affirmer son rôle positif dans tous les pays, mais plus particulièrement en Afrique. Ensemble, nous devons utiliser nos ressources limitées pour permettre aux personnes non-voyantes d'occuper la place qu'elles méritent parmi les peuples du monde.

J'espère que votre séjour en Afrique du Sud a été agréable, que vous avez pu visiter quelques sites de notre patrimoine et que vous avez apprécié l'hospitalité et la convivialité de notre pays et de son peuple. Un proverbe
haïtien dit : "ceux qui aiment partager ne connaissent pas la faim". Merci pour avoir partagé avec nous votre expérience afin d'améliorer la vie des non-voyants. Je suis confiant en l'avenir : la réalisation des idées que vous avez partagées avec nous nous permettra de donner tout son sens à notre appel pour une meilleure vie pour tous.

Merci beaucoup.

Date de création : 07/08/2005 @ 14:29
Dernière modification : 07/08/2005 @ 14:59
Catégorie : Compte-rendus
Page lue 1194 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^