COCNet Informations  COCNet  Basse-vision -
Les adresses utiles

Sommaire
Webmaster - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

forum.gifCompte-rendus - UEA, Commission des femmes
Chypre, 25 et 26 juin 2000

Accueil COCNet MALVOYANCE COCNet Informations - sommaire
Union Européenne des Aveugles : la commission des femmes

Réunion de Chypre

Présentation des participantes.

Etaient présentes :

  • Représentant le comité exécutif, chargée des relations entre le comité et la commission: Tiina Nummi-Soedergren (Suède)
  • Présidente : Birgitta Blokland (Hollande) : responsable de la formation du personnel de la société Ikéa
  • Bielorusse : Zoïa Tarakanova
  • Bulgarie : Jivka Pablova
  • Chypre : Alexandra Troullidou
  • Espagne : Maria José Sanchez
  • France : Catherine Oelhoffen
  • Grèce : Théodora Fardela
  • Italie : Vanda Dignani
  • Russie : Mavzilia Ioudina

Absentes : les déléguées de la Belgique, de l'Allemagne et de la Turquie.

Première journée : mise en place des moyens de travail

Allocution de bienvenue d'Alexandra

Alexandra exprime sa joie que cette toute première réunion se tienne chez elle à Chypre ; elle dit combien c'est important pour les non-voyants de l'île puisque, compte tenu de l'occupation turque et des conditions de vie que cela implique, les femmes, et plus spécialement, les femmes aveugles et malvoyantes, ont bien du mal à trouver leur place dans ce contexte économique et social, contexte auquel le droit des femmes est intimement lié.

A Chypre, poursuit Alexandra, le problème majeur des aveugles est le chômage et le manque de moyens pour leur réadaptation à une vie sociale et professionnelle. Nous attendons beaucoup de la réunion de cette commission : puisse-t-elle redonner espoir et courage à toutes les femmes en difficulté! Nous espérons que ce congrès contribuera à renforcer la position des femmes aveugles de Chypre.

Présentation de la commission par la Présidente

Birgitta souhaite la bienvenue aux 6 nouvelles de la commission et transmet les excuses des absentes ; elle précise toutefois qu'elle n'a pu joindre la déléguée turque dont elle est sans nouvelles. Elle transmettra à toutes les documents relatifs aux différents procès verbaux, rapports et documents de référence expliquant le fonctionnement des commissions puis elle aborde l'ordre du jour.

Ordre du jour

- Les points 1 et 2 (mots de bienvenue) étant épuisés, elle aborde immédiatement le point 3 : Planning de la réunion :

  • - 4 : rapport d'activités du précédent mandat,
  • - 5 : forum des femmes de 99,
  • - 6 : Plan d'action pour le mandat à venir,
  • - 7 : bureau de l'U E A à Paris (exposé de Mokrane Boussaid),
  • - 8 : échange d'informations,
  • - 9 : fixation des dates pour les prochaines réunions,
  • - 10 : question diverses, cloture des travaux.

Point 4

Compte rendu d'activités de la période écoulée 96-99 : ce rapport a été communiqué par e mail et autres procédés d'envoi et Birgitta tient à s'assurer que chacune des participantes en a bien pris connaissance. Il met en lumière tout ce qui a été réalisé mais aussi toutes les suggestions pour la période à venir.

Point 5

Forum des femmes de 99 : Birgitta rappelle à celles qui y ont participé que, à cette occasion, on avait distribué une sorte de questionnaire, formulaire que les personnes intéressées devaient compléter et renvoyer. Elle précise aux nouvelles venues que celles-ci font de facto partie de ces forums de femmes et que, par conséquent, elles doivent aussi compléter ces formulaires. Ces documents permettront d'avoir une idée du profil des femmes qui participent à ces forums. Toutefois, Birgitta pense qu'il conviendrait d'affiner ces questionnaires, de les améliorer afin de mieux connaître les personnes ; elle nous encourage à prendre connaissance de ces documents, ceux-ci demandent :

- pays d'origine - nom - date de naissance - aveugle ou malvoyante ? - utilisatrice ou non de l'informatique ? du courrier électronique ? - si oui, quelle est l'adresse e mail - quel type de lecture est utilisé (braille, caractères agrandis, cassettes, disquettes, etc.) - quelle a été la formation professionnelle ? et quelle est aujourd'hui l'activité exercée? - la personne est-elle impliquée dans une association nationale oeuvrant pour les femmes - si oui, quelle est sa position ? - quels sont ses engagements sur le plan national ou local ? - l'activité est-elle rémunérée ou bénévole ? - quel est son champ de compétences ? - quels sont ses intérets ? - existe-t-il dans votre pays une commission traitant de l'égalité des chances ?

Birgitta précise que, si la modification de ce formulaire peut constituer l'un des objectifs de notre commission, il est bon cependant de ne pas en faire un document trop long qui serait fastidieux et risquerait de décourager les bonnes volontés.

Quant aux résolutions de ce forum, nous avons eu en main les documents relatifs aux grandes lignes directrices, et il n'est donc pas nécessaire de revenir sur ce point.

Point 6, le plan d'action

* Tout d'abord, comment se construit ce plan d'action ?

C'est donc le comité exécutif qui en est à l'origine : il tient en effet à fixer un certain nombre de directives pour chacune de ses commissions ; celles-ci doivent s'en servir comme trame afin de travailler de manière plus efficace sur tel ou tel dossier. Auparavant ce plan d'action n'existait pas et l'on s'est rendu compte qu'il était indispensable d'avoir une démarche beaucoup plus cohérente, beaucoup plus structurée ; c'est lors de la dernière assemblée générale de Prague que le comité exécutif a pris la décision d'aller de l'avant, d'etre visionnaire, de se projeter vers l'avenir et de ne pas simplement se contenter d'évaluer ce qui a été réalisé.

Les différentes commissions ont émis un certain nombre de suggestions, le forum des femmes de son côté a adopté certaines résolutions, le plan d'action est en quelque sorte le reflet de toutes ces propositions.

* Ensuite, comment agit ce plan d'action ?

Une nouvelle réunion entre le comité exécutif et les présidents de commission se tiendra à peu près à mi-chemin de cette session de travail afin qu'il soit procédé à une évaluation de moyen terme quant aux résultats déjà obtenus. Il s'agira donc de savoir si une partie des résolutions du plan d'action aura été menée à bien. Si toutefois l'on s'apercevait alors, que l'on n'a pas été suffisamment efficace, il conviendrait de se remettre en question et de prendre peut-être de nouvelles dispositions.

En fait, dit Birgitta, il y a tant de choses à faire, spécialement au sein de notre commission, qu'il est vraiment très important d'identifier les priorités. Elle souligne au passage que, en 96, nous n'en étions pas là du tout, en 3 ans, cette commission a énormément travaillé. Elle est persuadée que le forum de 99 a été un formidable coup d'envoi de ce réseau de femmes qui nous permettra de devenir de plus en plus présentes, de plus en plus visibles.

Nous avons, poursuit Birgitta, reçu ce plan d'action en temps voulu, ceci nous permettra d'avoir ici un réel débat quant aux perspectives d'avenir.

* Comment s'articule ce plan d'action ?

Ce plan d'action est le fruit de 3 grandes tendances :

  • les propositions du comité exécutif précédent qui ont été soumises à l'assemblée générale,
  • les propositions émises par les différentes commissions,
  • les résolutions adoptées par l'assemblée générale,

Ce plan d'action a également plusieurs grandes sections :

  • "des questions de principes",
  • des problèmes de terrains,
  • des questions organisationnelles,
  • des préoccupations de liaison avec d'autres organismes (notamment, relations Est-Ouest).

1) Questions de principes :

  • égalité des chances, égalité des sexes : telles sont les règles des Nations Unies, des recommandations qui ont bien entendu été reprises par la commission des femmes lors du forum, lequel a rédigé un manifeste à ce sujet ;
  • dignité de la personne aveugle : le comité exécutif s'intéresse entre autre préoccupation au génie génétique, au développement de cette nouvelle branche de la science qui peut entraîner un certain nombre de problèmes notamment, l'avortement dans le cas d'un dépistage d'une simple déficience visuelle ;
  • lutte contre la violence à l'égard des femmes aveugles et des enfants, minorités particulièrement vulnérables ;
  • l'éducation , le chômage ;
  • campagnes de sensibilisation ;
  • définition de la cécité et de la malbvoyance : ces définitions varient d'un pays à l'autre et l'on voudrait atteindre un certain degré d'harmonisation ;

2) Problèmes de terrain :

  • accès à la télévision,
  • produits de grande consommation (électroménager),
  • les transports,
  • la mise en place d'un code braille informatique international,
  • moyen de paiement électronique (carte bancaire),
  • création d'un centre d'archives : l'Union Européenne se doit effectivement de préserver toutes les expériences, les idées et les conclusions, de les consigner dans une base de données ; ce serait comme une grande bibliothèque de l'U E A, une librairie où l'on pourrait stocker tous les documents, toutes les correspondances ; d'où la règle qui veut que des copies de tous les documents soient envoyées au bureau de Paris à Mokrane Boussaid, directeur de l'office de l'U E A.

3) Questions d'organisation interne.

organisation des assemblées générales : celles-ci sont préparées par un comité d'organisation ;

collecte de fonds ;

organisations des personnes sourdes et aveugles : Tiina explique qu'il existe une commission spécifique de l'U E A chargée de traiter les problèmes pratiques mais également les questions organisationnelles ; dans ce domaine aussi il existe de grandes différences d'un pays à un autre : parfois les sourds et aveugles ont leur propre organisation, parfois, ils constituent un département des personnes aveugle, et parfois encore, ce ne sont que des associations de professionnels travaillant pour les sourds et aveugles. Toutefois, il faut préciser que, de plus en plus souvent, les sourds et aveugles créent leur propre association, ils sont en passe de fonder leur propre Union Européenne.

Le comité exécutif s'est naturellement posé la question de savoir quelle est la meilleure orientation à prendre pour aider ces personnes: certains pensent que les sourds et aveugles possèdent déjà une politique organisationnelle assez développée pour "voler de leurs propres ailes", et qu'il serait préférable de les aider différemment plutôt que de créer au sein de l'U E A, une commission spécifique des Sourds et Aveugles ; d'autres délégués en revanche, restent persuadés que l'U E A doit continuer à avoir sa propre commission des sourds et aveugles. Après de nombreux débats et consultations des intéressés, c'est cette dernière solution qui a été adoptée.

Enfin, dernier point concernant l'organisation interne : la représentation équilibrée. Des efforts continus seront faits pour persuader les membres nationaux de nominer des femmes et aussi des jeunes pour participer aux activités de l'U E A.

- A ce propos, il sera demandé à la commission des femmes de rédiger un document sur l'égalité des chances. Il lui sera également demandé d'organiser un forum des femmes juste avant la prochaine assemblée générale de l'U E A de 2003.

Plan d'action propre à la commission des femmes

Il compte 6 priorités :

1 - mise en place d'un réseau de femmes : ce travail a déjà été entamé au forum 99 ; plusieurs possibilités se présentent : inviter 2 femmes de chaque pays européens pour que celles-ci participent aux différents forums ; 2 femmes de chaque pays serviront d'agent de liaison entre la commission et le réseau ; ces 2 femmes serviront également de liens entre le réseau et les groupes nationaux de femmes (s'ils existent) ; les membres de la commission seront également chargés d'établir des contacts avec un certain nombre de sous-régions européennes ; ils nous appartient donc d'élargir ce réseau.

2 - Rédaction d'une " News letter ", lettre d'information: cette lettre fera partie intégrante de la News letter de l'U E A ; c'est ainsi que les problèmes spécifiquement féminins seront connus de tous ; ce pourra également constituer une forme de communication avec tous les membres du réseau ; elle devra refléter les activités de notre commission ainsi que les grands événement nationaux ; elle devra servir de base d'information sur tous les problèmes des femmes.

3 - Coopération entre la commission des femmes et les autres commissions de l'U E A.

L'une des priorités exprimées lors de la réunion des différents présidents de commission, fut la coopération entre les commissions ; il doit effectivement y avoir un réel échange entre la commission des femmes et certaines autres dont les objectifs souvent se recoupent.

Nous avons préféré, dit Birgitta, ne pas nous disperser et identifier un petit noyau de commissions avec lesquelles nous souhaitons travailler en étroite collaboration.

Je suggère, dit-elle, de poursuivre notre coopération avec la commission Jeunesse, avec celle des Droits de l'Homme et droits sociaux, et de relancer notre coopération avec la commission réadaptation, formation professionnelle et emploi. La plupart des commissions souhaitent collaborer avec la nôtre mais il nous faudra faire un choix ; la seule qui n'en voit pas la nécessité est précisément celle de l'emploi, prétendant que les femmes n'ont pas, dans ce domaine, davantage de problèmes que les hommes ; ceci n'est pas exact naturellement et d'ailleurs, cette même commission a développé un plan pour l'égalité des chances, plan qui a été adopté par le dernier forum. Il nous faut donc vraiment collaborer avec cette commission de façon à ce qu'elle ait tout à fait conscience des problèmes spécifiques des femmes en matière d'emploi.

Débat pour déterminer exactement avec quelles commissions il sera décidé de coopérer plus étroitement, nomination des agents de liaison.

Je souhaite, dit Birgitta, nommer deux personnes : une titulaire et une suppléante pour le cas où la titulaire ne pourrait remplir ses fonctions. La suppléante devra donc se tenir parfaitement informée afin d'etre, à tout moment, en mesure de remplacer l'agent titulaire. Le choix de certaines commissions (ainsi que je vous en ai parlé) a déjà été fixé par notre plan d'action, il s'agit des commissions suivantes : Jeunesse, Droits de l'Homme et droits sociaux, activités des Personnes aveugles et malvoyantes pluri-handicapées, Réadaptation, formation professionnelle et Emploi ; cependant, poursuit la présidente, si certaines d'entre vous ont d'autres suggestions à faire, nous en débattrons ici ensemble ; toutefois, les raisons invoquées devront etre tout à fait fondées. Examinons tout d'abord les 4 commissions retenues.

-Jeunesse : j'étais jusqu'alors, dit Birgitta, l'agent de liaison avec cette commission mais, ajoute-t-elle en plaisantant, la limite d'âge étant de 35 ans, il me faut nommer quelqu'un d'autre…. C'est Maria José (Espagne) et Théodora (Grèce) qui assureront la relève.

-Droits de l'Homme: Vanda (Italie) précise que Maria, sa collègue Belge, est intéressée par ce poste ; elle-même assurera le poste de remplaçante.

-Personnes pluri-handicapées : Tiina précise qu'il serait souhaitable que ce soit la meme personne que celle qui est en relation avec la commission des personnes sourdes aveugles. Alexandra (Chypre) accepte le poste, Mavzilia (Russie) l'aidera.'

-Réadaptation, formation professionnelle et emploi : Jivka (Bulgarie)se propose et Tiina pense que Birgitta serait également un excellent agent de liaison pour cette commission.

Ces 4 commissions, conclut Birgitta, sont donc les priorités recommandées par le plan d'action, nous allons maintenant réfléchir s'il y a lieu ou non d'œuvrer avec d'autres. Education : jusqu'alors, la déléguée turque en assurait les relations, Vanda suggère que Catherine (France) soit remplaçante ; celle-ci avance son peu d'expérience au sein de la commission ; Birgitta propose de voir si elle n'est pas plus intéressée par un autre poste.

- Accès à la culture : Mavzilia (Russie) serait partante pour servir d'agent de liaison avec cette commission ; elle expose ses raisons mais Mokrane explique que, si cette commission a un français pour président (Henri Chochart), elle est néanmoins très fortement influencée par les pays de l'Est, et elle s'est essentiellement intéressée à des problèmes de braille ; nous avons, pense-t-il, peut-être d'autres préoccupations. Mavzilia se tiendra informée des comptes-rendus d'activité de cette commission culture.

- Personnes âgées aveugles et malvoyantes: Vanda souligne que, effectivement, le sort des femmes âgées est souvent bien plus dramatique que celui des hommes ; Catherine acquièce et pense que, les femmes ayant une durée de vie supérieure à celle des hommes, celles-ci souffrent souvent de grande solitude ; Mokrane suggère que Vanda et Catherine soient les agents de liaison de cette commission puisqu'elles sont les deux plus âgées mais Vanda, arguant qu'elle ne peut etre partout, décline l'invitation ; Catherine (France) sera donc la correspondante avec la commission des personnes âgées. Elle précise que, actuellement en France, de nouvelles dispositions gouvernementales font que, au delà de 60 ans, les aveugles ne sont plus pris en compte en tant que personnes aveugles, mais en tant que personne âgées ; leurs droits et leurs avantages sociaux ne sont plus reconnus, ils sont soumis à une prestation "dépendance" laquelle n'est accordée qu'aux personnes quasiment grabataires. Il existe un réel danger de discrimination des personnes devenant aveugle au delà de 60 ans et la grande tendance du moment serait d'assimiler les handicapés sensoriels aux handicapés sociaux.

Zoïa (Biello-russe) pense que, chez elle aussi, de graves problèmes guettent les personnes âgées. Catherine et Zoïa seront donc agents de liaison avec cette commission.

- Aide aux pays en voie de développement : cette commission a lancé une vaste campagne d'alphabétisation des femmes mais Tiina pense qu'il existe de meilleurs moyens de coopérer avec cette commission et qu'il n'est pas nécessaire de nommer un agent de liaison.

- Technologies et services: de vrais problèmes se posent aux femmes dans ce domaine en particulier pour tout ce qui touche à l'électroménager (ex : écrans à cristaux liquides) et il est très important que nous puissions fournir certaines suggestions à cette commission ; cependant, dit Birgitta, la présidence de cette commission étant tenue par une femme, nous pouvons etre tout à fait rassurées quant à ses comptétences dans ce domaine et Il n'est donc pas indispensable de nommer un agent de liaison.

4) Comment conduire une étude : comment développer une vraie stratégie pour l'égalité des chances ; l'union mondiale a elle-même développé une stratégie dans ce sens. Je pense, dit Birgitta, que dès l'année prochaine, nous pourrons soumettre un plan au comité exécutif.

En fait, notre union européenne devient une union régionale à l'égard de l'union mondiale ; celle-ci fonctionne également à partir de sous-groupes ou " comités ". L'un de ces comités s'occupe du statut des femmes aveugles ; la présidente en est une suédoise, présidente qui est également actuellement vice-présidente de l'UMA et qui va d'ailleurs très certainement devenir prochainement la présidente de l'Union Mondiale. Les membres de ce comité des femmes de l'UMA sont les présidentes des différentes grandes associations comme l'union européenne ; je suis donc de facto, dit Birgitta, membre du comité des femmes de l'UMA et nous travaillons actuellement sur un projet quant à l'égalité des chances. Ce plan sera soumis à l'assemblée générale de l'UMA à Melbourne, il pourra ensuite vous etre diffusé et nous pourrons en débattre lors de notre prochaine réunion.

Point 7, exposé de Mokrane Boussaid, directeur de l'office de l'U E A à Paris.

Mokrane nous parle du site internet de l'U E A (www.euroblind.org) et de l'adresse e mail de EBU Women. Je suis tout à fait conscient, dit Mokrane, que tout le monde ne peut pas accéder à Internet mais je suis cependant heureux de vous dire que, depuis sa création, notre site a déjà eu 3000 visiteurs. L'exploration du site est relativement simple : la page d'accueil vous propose la liste de toutes les commissions ainsi vous pouvez cliquer sur celle de votre choix, vous trouvez alors une courte présentation à propos des activités ; celles-ci ne sont pas encore très détaillées mais sur Internet, les informations doivent être brèves, concises et constamment remises à jour. Vous trouverez là, une liste de liens qui vous permettront d'accéder à l'information de votre choix : liste des membres de la commission, plan d'action, assemblée générale, etc. Vous cliquez sur le lien qui vous intéresse et vous trouvez alors les informations correspondantes. Nous avons également inclus toutes sortes de publications qui pourront vous être de précieux liens.Votre page devra toujours etre le reflet de l'activité et de la qualité de votre commission. Mokrane suggère : "je verrais bien une section "National News" dans laquelle il pourrait y avoir des informations nationales, je suis certain que vous trouverez des foules de choses à faire et surtout, ne pensez pas que ce soit si difficile que cela ; nous demandons une dizaine de lignes pas davantage ; si vous avez des réunions, des séminaires, contactez nous. Laissez-moi vous parler de la liste de discution ; surtout, nous ne voulons pas en faire un motif d'exclusion bien au contraire, c'est simplement un moyen très facile de communiquer. Imaginons que vous ayez une date à suggérer pour la prochaine réunion, celle-ci peut etre immédiatement transmise à tous les membres de la commission, c'est tout l'intérêt de ces courriers électroniques, chacun sait immédiatement tout ce qui se passe ailleurs."

Mokrane donne ensuite quelques conseils quant à la News letter : elle doit s'intégrer dans celle de l'U E A, elle devra ne comporter que 2 ou 3 pages , elle pourrait s'intercaler avec celle d'une autre commission qui a également émis le souhait d'avoir sa propre lettre d'information.

Point 8 de l'ordre du jour : échanges.

La fin de journée s'achève sur un échange à propos de cette newsletter et des travaux du lendemain. Birgitta parle de documents outils et rappelle que dès que l'une ou l'autre entendra parler de quelque document qui puisse intéresser la commission, il sera bon de les lui faire parvenir ou bien de les adresser à Mokrane à Paris. Nous pourrions, dit-elle, prévoir leur publication dans notre newsletter.

La présidente précise à nouveau, à l'intention des nouvelles venues, que ce premier jour de travail est consacré à élaguer les grandes questions, à mettre en place tous les rouages de la commission, le lendemain sera réservé à des ateliers de réflexion sur tel ou tel sujet. Nous allons donc maintenant, poursuit-elle, avant de terminer la journée, définir quels seront demain les différents groupes de travail, quels seront ces ateliers, quels seront les thèmes abordés.

Pour ce faire, un échange d'idées intervient et Birgitta laisse tout d'abord la parole à Vanda, laquelle souligne que, pour elle, la rédaction de notre newsletter est d'une importance capitale ainsi que le développement du réseau des femmes ; ce type de réseau relationnel sera la base de notre réussite pense Vanda : chaque femme prendra la responsabilité de contacter d'autres femmes, d'autres femmes dans d'autres pays et ainsi nous grandirons. La présidente est bien de cet avis et pense que d'ailleurs, il serait bon de faire parvenir un petit mot amical aux 37 premières femmes de ce réseau, simplement pour qu'elles voient qu'on ne les a pas oubliées. Nous pourrions meme y inclure un petit questionnaire, certainement pas une enquete aussi poussée que celle que nous nous proposons de réaliser mais quelque chose de simple : genre d'action qui revet cependant une importance considérable. Il faut absolument maintenir le contact pour que les femmes n'aient pas l'impression qu'il s'agit d'un coup d'épée dans l'eau. Ceci pourrait donc faire l'objet de l'un de nos ateliers de demain, annonce Birgitta. Il faut, dit-elle, que nous puissions de meme établir une liste de toutes ces femmes, une seconde " discution list "pour que, pareillement, toutes les informations parviennent immédiatement, via Internet, à toutes les femmes du réseau. Cette tâche revient à Mokrane.

Le second atelier, poursuit la présidente, sera consacré à la rédaction de notre newsletter ; nous avons besoin d'un rédacteur et de deux collaborateurs : Catherine, Mavzilia et Alexandra travailleront ensemble sur ce sujet. Cette lettre doit paraître en septembre, elle sortira en principe la première semaine d'octobre et doit être terminée aux environs du 15 Août. Nous devons lui trouver un nom et définir ce que nous voulons y mettre. Quel est son but ? Je crois que le mieux, dit Birgitta, serait que chacune d'entre vous prenne l'engagement de rédiger quelque chose qui pourrait intéresser le plus grand nombre et qui pourrait donc etre édité. Ces textes seraient envoyés au groupe de travail qui les mettrait en forme. Mavzilia suggère de parler du réseau et de dire également quels sont les objectifs de ce réseau. On pourrait peut-etre aussi rédiger une lettre de remerciement pour toutes ces femmes qui sont pretes à nous rejoindre, pour les inciter à participer davantage. Peut-etre pourra-ton évoquer le mode de vie traditionnel dans tel ou tel pays, parler du site Internet, présenter la commission, recenser les documents disponibles, rapporter des faits précis, des témoignages source d'espoir, des récits à titre d'exemples, etc.

Le troisième groupe pourrait se charger de la mise à jour de notre site Internet.

Le quatrième groupe s'occupera de la rédaction de l'enquête.Il s'agit déjà de faire en séance plénière, un travail de débroussaillage. Demain, Maria José et Théodora réfléchiront ensemble sur la conduite à tenir. Birgitta rappelle que les résultats de la première enquête font apparaître que le problème majeur des femmes est le chômage ; il faudra donc en tenir compte. Collecter des informations, dit Birgitta, c'est une chose, mais en dégager une synthèse en est une autre ; j'espère beaucoup qu'avant la fin de ce mandat, nous serons en mesure d'aboutir à des conclusions intéressantes. Il faudra donc également penser à la façon d'exploiter les réponses puisqu'il faut absolument que nous parvenions à un résultat, sans quoi, tout ceci ne présenterait aucun intérêt. Tiina met en garde contre un surcroît de questionnaires, ce qui risquerait de lasser : la même personne peut, par exemple, etre submergée de ces documents diffusés par plusieurs commissions. Cela peut devenir difficile à gérer ; de même, il faut se méfier des questions trop spécifiques qui peuvent ne rien signifier dans tel ou tel pays. Le comité exécutif tient à limiter le nombre de ces questionnaires, il faut donc que ceux-ci soient vraiment justifiés.

Point 9 : quelques dates :

Union Mondiale : prochaine assemblée générale à Melbourne en novembre 2000 ;

Forum des femmes juste avant l'assemblée générale de l'UMA ;

Comité Nordique :conférence au Danemark en mars dernier ; la présidence de ce comité est tournante et change tous les 4 ans d'un pays nordique à l'autre (prochaine session, Finlande) ; ce comité nordique est déjà doté d'un "mécanisme" pour l'égalité des chances , ce qui montre que tous les espoirs nous sont permis si nous faisons preuve de volonté.

Marche des femmes à New York le 17 octobre prochain : 2000 raisons pour marcher pour lutter contre la violence et la pauvreté ; je pense, dit Alexandra, que notre commission pourrait donner une raison de plus pour marcher : bien qu'aveugles, nous sommes aussi des femmes et nous ne voulons pas etre à part ; nous voulons nous aussi lutter pour demander nos droits à la démocratie. Il serait intéressant d'obtenir le maximum d'informations à ce sujet afin d'en parler dans notre newsletter ; Birgitta suggère de soumettre la proposition à l'UMA, ce qui aurait très certainement beaucoup plus de poids.

Point 10 : cloture des travaux de la journée par un tour de table pour savoir quelles sont les grands projets nationaux de chacune des participantes.

Théodora (Grèce) explique que, chez elle, une association vient de se créer dont le but est de recruter des fonds pour les femmes aveugles, plus exactement, cette association aide au financement des associations de femmes aveugles ; il est question d'organiser une grande manifestation dont la date n'est pas encore fixée.

Zoïa (Biello-russe) explique que, à Minsk, il existe 184 associations de déficients visuels mais pas une seule association de femmes aveugles ; cependant, il existe aussi des entreprises employant des handicapés visuels et 2 d'entre elles sont dirigées par des femmes et partout, les femmes sont très largement représentées.

Mavzilia (Russie) précise que son organisation a mis sur pied des commissions de femmes dans 23 régions ; il faudrait, dit-elle, pouvoir visiter toutes les régions ; Nous envisageons de tenir 2 grands meetings par an et d'étendre nos activités à la Géorgie et autres régions.

Alexandra (Chypre) dit que leur association est maintenant de plus en plus reconnue ; en décembre prochain est prévue une grande réunion où seront abordés tous les problèmes des femmes ; après ce congrès, ma mission sera de faire le point pour tous, à propos des problèmes des femmes.

Birgitta (Pays-Bas) explique que, ces 2 dernières années, vient de se terminer un projet financé par l'Europe: projet d'apprentissage dont un rapport a été rédigé et sera communiqué ultérieurement.

Tiina (Suède) assure qu'en Suède, beaucoup d'activités sont mixtes mais ils s'efforcent toujours de promouvoir la femme ; ils veillent à respecter une vraie parité.

Maria José (Espagne) qui travaille à la ONCE dit qu'au sein de leur comité exécutif ils essaient vraiment de respecter une certaine parité ; il existe 40 comités régionaux et, sur les listes électorales, il doit y figurer 33% de femmes ; il est à noter que, dans 16 de ces régions, les femmes sont plus nombreuses que les hommes ; une priorité est donnée à l'égalité des chances.

Jivka (Bulgarie), à son tour, explique qu'une commission des femmes existe en Bulgarie, commission sous la responsabilité de l'association des aveugles de Bulgarie ;le comité exécutif se compose de 50 membres et tient son assemblée générale chaque année à Sophia ; des programmes d'activités sont mis en place tous les 6 mois ; il existe également des usines où travaillent des handicapés visuels, ces usines ne marchent pas très bien et, poursuit Jivka, il faudrait que davantage de femmes y soient employées.

Catherine explique que, en France, si en théorie, il n'existe aucune discrimination à l'égard des femmes (celles-ci peuvent en effet accéder à des postes importants : notre gouvernement compte plusieurs ministres femmes) la réalité est peut-être quelque peu différente et nombreuses sont encore celles qui sont dans le dénuement le plus absolu. Par ailleurs, nous sommes encore très certainement bien loin de la parité, au sein notamment, de nos grandes associations de déficients visuels où les femmes sont encore bien peu représentées.

Ainsi, poursuit-elle, notre fédération qui regroupe plus de 20 associations régionales, administrée par un comité exécutif de 22 membres, ne compte que 3 femmes (et encore, ce résultat ne date-t-il que de juin 2000, auparavant il n'y avait qu'une seule femme) ; cependant, tient-elle à préciser, dans l'association régionale du Sud-Ouest (celle à laquelle elle appartient), on dénombre 7 femmes pour 5 hommes; c'est là sans aucun doute la preuve que tous les espoirs sont permis… Catherine a l'intention, dans le cadre de la fédération française des aveugles, d'organiser un meeting en novembre prochain dont le thème serait la femme et la liberté, la liberté passant par l'autonomie et le chien-guide.

Cette première journée de travail à Chypre se termine avec la perspective de se retrouver pour une soirée amicale au cours de laquelle viendront se joindre au groupe des déléguées et interprètes Christakis Nicolaides, secrétaire général de l'Union pan-cypriote des aveugles (lui qui nous a si aimablement fait découvrir le centre scolaire de Nikosie spécialisé pour la formation des jeunes non-voyants de l'île). Nous ferons également connaissance de plusieurs autres personnes de cette association notamment de celle de Rina Katselli, écrivain, ex député européen, membre du gouvernement, femme, symbole du drame qui se déroule ici : réfugiée, ayant du fuir son village et laisser derrière elle tout ceux et ce qu'elle aimait.

Derrière un décor idyllique pour touristes en quête de "farniente", se cache une Chypre amèrement blessée! A quand une vraie Europe unifiée dans ce recoin de Méditerranée ?

Catherine Oelhoffen

Sommaire COCNet malvoyance

RETOUR

© MediaMed - 913.1 mise à jour 19 09 00


Date de création : 29/11/2003 @ 18:12
Dernière modification : 20/01/2005 @ 18:48
Catégorie : Compte-rendus
Page lue 1254 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^